Metropolis
// Oomu / Animation / Metropolis / Introduction

Bandes annonces

Manga

Le film est l'adaptation d'un manga paru de 1947 à 1949 par Osamu Tezuka, considéré comme l'un des plus grands auteurs japonais de bande dessinée.

Bien que inspiré du manga, le film différe totalement de l'histoire originelle même si les points communs sont très nombreux.

Metropolis de Fritz Lang

La bande dessinée de Osamu Tezuka est elle-même inspirée par l'oeuvre de Fritz Lang. Avec son histoire bien construite et complexe, des décors et des effets spéciaux inédits pour l'époque, le film était trés en avance sur son temps. Plus d'informations.

Cette page est liée à la septième ombre.

Le Metropolis de Osamu Tezuka réalisé par Rintaro

Ce soir est jour de liesse, la tentaculaire et magnifique ville robotisée de Metropolis inaugure ce qui est la pièce maitresse de de sa splendeur, la Ziggurat.

Mais dans l'ombre, les oubliés de cette euphorie et ceux qui désirent s'en emparer montrent les premiers signes de leur impatience. Sombres desseins et destins tragiques vont désormais s'affronter dans cette capitale, symbole du progrés.

Les trois détectives

Un dessin et des décors extrémement détaillés, une animation sans failles, le style de Tezuka à la clé, que dire de plus ? Ce long métrage d'animation pousse trés en avant les techniques d'animation traditionnelles et les techniques modernes, l'intégration numérique atteind un niveau hors du commun, et contrairement à nombre de productions, la limite entre les deux est trés difficilement discernable. L'ensemble monte la barre très haut.

On s'attache trés vite aux personnages et l'on se prend trés vite à accorder aux robots une âme plus qu'a certains humains. L'ambiance générale retro style années 30-40 est trés bien rendu aussi bien par le dessin que les musiques.

Conclusion

L'argumentation habituelle consistant à parler d'animation au rabais n'est pas appliquable ici, le budget extrémement important est à la hauteur de l'oeuvre et l'histoire n'a rien de science fiction futuriste. Les personnages ne sont pas différents de tout un chacun et les émotions passent sans difficultés.

Katsuhiro Otomo, créateur d'Akira, y apporte un sens du rythme certain alors que Rintaro y donne l'ambiance qui caractérise les productions de son maitre, le regretté Osamu Tezuka. Le film n'a pas fait autant de bruit à sa sortie qu'on aurait pu l'espérer, cela est dommage tant il mérite d'éloges.